Agonir les fébricitants !

Mais agonir n’est pas agoniser pour autant

Durant une phase de travail, à l’instant, je me suis rendu compte que je voulais écrire agonir au lieu d’agoniser, aussi me suis-je renseigné, et agonir n’est effectivement pas agoniser, mais accabler, accabler d’injures (et le précieux CNRTL de préciser que la « confusion [est] souvent faite en lang. pop. et même chez de bons aut. » ; me voilà rassuré ; ), l’occasion d’un peu de ce Céline tiens, parce que putain c’est beau :

On attendait buvant notre jus qu’ils se ramènent en trombe les maniaques, les fébricitants de la goupille … qu’ils recommencent à nous agonir… menacer… piquer l’épilepsie… emboutir la porte… se faire rebondir dans le décor… C’était moi alors Courtial qu’il entreprenait… qu’il essayait d’humilier… ça le soulageait qu’on aurait dit…

L.-F. Céline, Mort à crédit, 1936, p.473.

− Eh bien? qu’elle leur dit… Qu’est-ce que vous avez?.. Bande de paumés! Bande de saindoux! Vous êtes que des sales morveux! Allez vous-en vous gratter! Malfrins! Cressons! De quoi que vous êtes pas contents?.. Vous le connaissiez pas vous ce bigleux?.. » C’était culotté d’attitude… mais ça n’a pas pris quand même… Ils l’ont encore plus agonie!.. Ils ont redoublé en beuglements. Ils glaviotaient plein notre vitre. Ils balançaient des graviers… C’était du massacre bientôt…

L.-F. Céline, Mort à crédit, 1936, p.530.

Ou bien si elles banquaient[?] un peu, elles râlaient, chialaient tellement, rabotaient si fort les petites factures minuscules, avec des telles démonstrations… que ma mère, à la fin du compte, savait plus comment ni quoi dire… Elle avait seulement transpiré, boité, bavé sang et eau après la Jasmin, après toutes, pour à la fin se faire agonir, traiter comme pourri…

L.-F. Céline, Mort à crédit, 1936, p.333.

Et de découvrir de bons mots encore ! Et notamment, mon préféré, « fébricitants » ! Vous ne le connaissiez pas celui-là, hein, bande de cressons ! Les malfrins, pour leur part, n’ayant pas voix au chapitre de notre Centre National. Une preuve de plus que la vie est injuste.

Cursed, par ddezeeuw, sous CC BY-NC

À très vite, pour d’autres et prochaines incroyables aventures littéraires !

_
Photo d’illustration principale : Cursing seagull, par Kai Morgener, sous CC BY-NC

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s